Actualités

Toute l'actualité du regroupement, les bons coups des chercheurs et des étudiants, les événements et les annonces.

Pascale Chevarie, récipiendaire d’une bourse MITACS

Pascale Chevarie, Maîtrise, UQAR

Supervision : Claude Rioux (UQAR) & Madeleine Nadeau (Merinov)

Une bourse MITACS-Accélération a été décernée à Pascale Chevarie, dans le cadre de son projet de maîtrise « Analyse de la perception et de la gestion des risques dans l’industrie maricole Québécoise ». Vous trouverez ci-dessous le résumé de son projet.

Toutes nos félicitations pour l’obtention de cette bourse !

Analyse de la perception et de la gestion des risques dans l’industrie maricole québécoise

Malgré les efforts de développement mis en place depuis les débuts de la mariculture au Québec, beaucoup de travail reste à accomplir pour concrétiser la vision souhaitée pour cette industrie. Afin de contribuer à l’amélioration de la productivité des entreprises et à l’optimisation des modèles d’affaires actuels, la Table maricole du Québec a entre autres proposé, dans son dernier plan stratégique de développement, d’identifier, par zone, les risques à la production ainsi que des mesures d’atténuation correspondantes et de diffuser l’information. Considérant la récente abolition de la Table maricole du Québec, le projet de recherche présenté s’inspire de ces actions et vise à faire un portrait global de la gestion des risques dans l’industrie maricole québécoise en se basant principalement sur la perception des mariculteurs. Les producteurs maricoles québécois seront donc rencontrés individuellement afin de hiérarchiser les sources de risques auxquels ils sont soumis et de cibler des stratégies de gestion de risque pertinentes pour y faire face. L’étude explorera non seulement les risques liés au milieu de production, mais également ceux inhérents à l’environnement de l’entreprise ainsi que les risques institutionnels et de marché. En plus du portrait global, l’information recueillie sera traitée de façon à obtenir des portraits spécifiques aux régions de production et aux espèces produites. Les résultats de l’étude seront utiles pour les mariculteurs eux-mêmes ainsi que pour les décideurs, chercheurs et autres intervenants du secteur maricole qui disposeront d’un outil supplémentaire pour élaborer des politiques, des projets de recherche et des conseils mieux adaptés aux réalités vécues par ceux qui sont à la base de l’industrie.