Actualités

Toute l'actualité du regroupement, les bons coups des chercheurs et des étudiants, les événements et les annonces.

Soutenance de Thèse de François-Olivier Gagnon-Hébert (U. Laval)

Directrice de thèse: Nadia Aubin-Horth, U. Laval

Codirecteur de thèse : Christian Landry, U. Laval

M François-Olivier Gagnon-Hébert a soutenu sa thèse le vendredi 3 février 2017 à l’Institut de Biologie Intégrative et des Systèmes (IBIS) de l’Université Laval. Un résumé de son projet de recherche est présenté ci-dessous.

Toutes nos félicitations et bonne continuation!

Titre : Sur l’étude des interactions hôte-parasite : Caractérisation des mécanismes moléculaires sous-jacents et de leur régulation.

Résumé :

Les parasites constituent le groupe d’organismes le plus répandu et le plus prospère sur Terre. Un grand nombre d’entre eux exploitent un cycle de vie complexe qui repose sur l’infection successive de multiples hôtes aux caractéristiques physiologiques divergentes. Malgré des centaines d’années d’étude sur leurs traits d’histoire de vie et leur impact sur les phénotypes hôtes, très peu d’information est actuellement disponible concernant les mécanismes moléculaires par lesquels ils interagissent avec leurs hôtes et comment cette interaction spécifique assure leur succès écologique. L’objectif de mes travaux a été de générer des ressources génomiques de base pour permettre l’étude intégrée des interactions hôte-parasite et la manière dont ces interactions sont régulées au cours d’une infection. Pour rencontrer ces objectifs, nous avons exploité un système d’étude modèle centré sur le parasite cestode Schistocephalus solidus, un ver plat infectant successivement un copépode, un poisson et un oiseau. Nous avons généré un transcriptome de référence pour caractériser les patrons de régulation des activités biologiques du parasite au cours de l’infection. Nous avons pu démontrer des patrons de régulation très tranchés entre les stades de vie, avec un rôle potentiel des voies de communications neurales au moment de changer d’hôte. Nos données suggèrent également la présence de protéines mimétiques candidates dans le génome du parasite ayant le potentiel de perturber l’activité de communication cellulaire chez l’hôte. Cette thèse permettent de solidifier les bases de l’étude mécaniste des interactions hôte-parasite et fournit des outils génomiques qui serviront à consolider et étendre nos connaissances sur la structure des systèmes naturels.